AUBER SANS LA PEUR COMITÉ DE VIGILANCE D'AUBERVILLIERS
CONTRE LES EXPULSIONS DES FAMILLES ET ÉLÈVES SANS-PAPIERS

Beaucoup de familles d'Aubervilliers viennent d'ailleurs.
Les parents ont quitté leurs pays de naissance, chassés par la misère, les guerres, l'insécurité ou la violence d'état. Ils ont choisi de construire leur vie en France, malgré les difficultés qu'ils savaient y trouver.

Manifestation à Aubervilliers.
 Des couples se sont formés, des enfants sont nés. Les nouveaux parents travaillent d'arrache pied, pour que leurs enfants accèdent à une vie meilleure. L'école française en a fait  des enfants parfaitement francophones. Depuis des années les parents assiègent les services préfectoraux pour obtenir un titre de séjour et pouvoir enfin travailler légalement. Après le grand espoir de régularisation de l'été 2006, l'application totalement restrictive et aléatoire de la circulaire Sarkozy a plongé les familles, leurs amis, voisins et enseignants dans le désespoir et la peur.

Fermez
Aujourd'hui, des familles d'Aubervilliers vivent dans la peur:

Peur de voir un ami, un voisin, un camarade, une maman, un papa, un enfant majeur, mis en rétention par la police, et absorbé par la machine judiciaire et administrative d'ou il ne sortira au mieux que profondément traumatisé et au pire éloigné de tous ses proches, vers un pays ou il n'a plus d'attaches, et d'où il rencontrera les pires difficultés pour rejoindre sa famille en France.
Peur de voir une famille, ou la sienne propre, plongée brutalement dans la misère à cause de l'éloignement forcé du soutien de famille.
Peur d'avoir un jour à choisir entre abandonner ses enfants seuls en France, à la charge des institutions, ou décider de permettre qu'ils soient eux aussi mis en détention et expulsés.
Peur de la Police alors que l'on même une vie honnête depuis toujours.
Peur pour enfants quand les parents tardent à venir les chercher à l'école.
Peur des enseignants, de voir leurs élèves perdre leur équilibre psychique après l'arrestation du papa, de la maman ou des deux ensembles.
Angoisse dans les classes, quand tous les élèves s'identifient à leur camarade enfermé, ou privé brutalement de ses parents.
Peur pour l'enfant caché, par la famille, les soutiens, les enseignants, et traqué par la police qui tente de reconduire à la frontière la famille au complet.
Peur d'être mis en rétention et de tout perdre en quelques jours:
- son travail faute de pouvoir s'y présenter
- ses économies absorbées par les frais de justice
- son logement faute de pouvoir gagner l'argent du loyer
- tous ses biens acquis en France à l'exception des 20 kilos de bagages permis lors de la reconduite.
- l'intégrité de la cellule familiale, la vie en famille.
- le bonheur de voir grandir ses enfants, autrement que sur des photos.
Peur des convocations en Préfecture, ou l'arrestation est toujours possible.
Peur aussi de ne plus avoir de rendez-vous en Préfecture, ce qui veut dire que l'on est définitivement rejeté par l'administration qui ignore les demandes de titre de séjour.
Peur de rentrer malade de la Préfecture, après avoir attendu plusieurs heures debout sous la pluie, avant l'ouverture, puis d'autres heures, trempé, immobile, dans la salle d'attente.
Peur d'être refoulé du guichet,  sans en comprendre la raison, par un fonctionnaire mal disposé.
Peur d'ouvrir la boite au lettres, dans laquelle on trouve parfois un arrêté de reconduite à la frontière, lettre de cachet moderne, par laquelle le Préfet ordonne de son propre chef la reconduite à la frontière de l'un ou l'autre (ou de l'un sans les autres).
Peur des vacances scolaires pendant lesquelles les soutiens enseignants sont moins joignables. Nous redoutons toujours de découvrir des places vides dans les classes à chaque rentrée.
Pendant les vacances beaucoup de choses peuvent se passer sans témoins.

Nous ne voulons plus vivre dans l'angoisse.
Aubervilliers,
sans la peur, est notre destination.
 

Qui sommes nous ? Les nouvelles du jour
La circulaire Sarkozy Nos questions ?
Nos alliés Les rassemblements
Les parents capturés La peur à Aubervilliers 
Les pétitions pour changer la France  Pour nous joindre

Notre adresse postale:
Comité de Vigilance d'Aubervilliers
contre l'Expulsion des Familles et Elèves Sans-Papiers.
7 rue du Dr Pesqué Bureau Vie Associative 93300 Aubervilliers

Contact Mail
Retour en haut de la page Retour en haut de Page

Mentions Légales

Valid HTML 4.01 Transitional